post

Carnaval de Tarabuco

Un weekend, on est allé voir le carnaval de Tarabuco, une des activités phares à proximité de Sucre à cette période de l’année. Le samedi, la petite ville s’affaire déjà mais la vraie fête, c’est le dimanche. En fait, pendant la nuit de samedi à dimanche, plusieurs communautés alentours marchent jusqu’à 70km tous les ans pour se rendre à pied à Tarabuco, en tenue traditionnelle.

On a vu Evo Morales, le président, lui aussi en tenue traditionnelle, qui dansait jusqu’à arriver à sa tribune où il a donné un discours. Vous imaginez notre cher président en tenue bretonne se mettre à chanter La jument de Michao avant de prendre le micro pour expliquer que le france est un grand pays doté d’une riche culture ? Hé ben ici, c’est le genre de trucs qui se fait.

Les gens qui défilent dans les rues, en dansant et jouant de la musique
https://www.flickr.com/photos/48308115@N04/26314136645/in/album-72157666382519000/

P1240586-small

P1240579-small

P1240655-small

P1240649-small

C’est très populaire.

Outre ceux qui lisent l’avenir dans les feuilles de coca, on a ici des diseurs de bonne aventure assez originaux : c’est un oiseau qui choisit un papier sur lequel est écrit une prédiction.

P1240718-small

On trouve aussi tout un tas de nourriture de rue dans des stands souvent sommaires

C'est populaire

P1240725-small

P1240734-small

C’est l’occasion de goûter les anticucho, du coeur de boeuf au barbecue.

Anticucho - Coeur de boeuf barbecue, et je parle pas des tomates

Le dimanche, la minuscule ville (il y a 3 hôtels, et celui où nous étions ouvrait uniquement pour le weekend !) est surpeuplée avec 20 à 40000 personnes, parmi lesquels une poignée de touristes. Tout le monde danse et chante, et vers 16h, il y a une cérémonie autour d’une statue de… nourriture. L’évènement commémore la victoire de Jumbate lors de laquelle les indiens ont vaincu les espagnols, en 1816. Clou du spectacle, les différentes communautés dansent à tour de rôle autour d’un totem géant constitué uniquement de nourriture.

P1240743-small

Par une succession d’évènements qu’on a pas maitrisé, on s’est retrouvé dans la tribune d’honneur. Entre autres célébrités inconnues dans nos contrées, on a pu serrer la paluche du gouverneur du département qui distribuait des miches de pain à ce moment là, et on s’est fait servir une tournée de Chicha au maïs par Mario, un présentateur télé assez connu ici, l’équivalent local de Michel Drucker en quelque sorte.

Le sénateur

Miches de pain à partager

Le sénateur nous file du pain

Le présentateur télé

Un présentateur télé nous file à boire de la Chicha de mais

Un weekend avec des stars

Bon, ok, en fait, si on s’est retrouvé dans la tribune d’honneur c’est entre autre parce qu’on a des amis qui jouaient au concert du samedi soir. Rodolfo est, avec Hugo, le membre fondateur de Kalamarka, un des groupes les plus connus du pays. Plusieurs fois, dans des restaurants ou dans les transports, on a reconnu leur musique qui passait à la télé ou la radio. Les gens les arrêtent dans la rue pour se faire prendre en photo avec eux, ou pour leur serrer la main et les féliciter. Ambiance assez originale pour nous qui n’avons pas l’habitude de fréquenter des gens connus (et qui, pour nous, sont finalement des gens normaux !). C’est eux qui nous avaient invités à venir, et qui nous ont trouvé une chambre dans l’hôtel où ils restaient. Ils pouvaient aller dans la tribune d’honneur et au moment de franchir le cordon de flics, Rodolfo a expliqué qu’on était avec lui et on a pu assister au spectacle en première loge.

Ils cloturaient le concert du samedi soir, et la aussi on a pu assister au concert aux premières loges, dans le carré VIP. Les groupes précédents éaient connus, mais quand les Kalamarka sont montés sur scène, le public est descendu des tribunes pour s’approcher et l’ambiance est montée d’un cran.

Leur musique est top (et je dis pas ça parce qu’on les connait !). Voici quelques clips pour avoir une petite idée de ce à quoi ça représente.

Une grosse playlist avec plusieurs de leurs chansons :

Parmi leurs prouesses, ils ont fait jouer plusieurs milliers de musiciens lors du carnaval d’Oruro, l’an dernier.

Grâce à eux on a vraiment passé un super weekend.