post

Chengdu et Canton

Après être restés dix jours à Beijing, nous sommes allés passer quelques jours à Chengdu, la capitale du Sichuan, une région au sud du pays, puis nous sommes allés à Canton.

On s’est rendu à Chengdu principalement car on voulait voir les pandas géants. C’est une espèce protégée car en voie de disparition. Il n’en reste que quelques centaines, 2000 au maximum. A Chengdu, il y a un centre qui s’occupe de leur préservation. Même si les animaux sont en captivité, ce n’est pas tout à fait un zoo. Il s’agit d’un centre de recherche, qui essaie d’élever des pandas en captivité pour les réintroduire dans la nature ensuite. Le panda lui même est assez mauvais pour ça, et son instinct de préservation de l’espèce est incroyablement mauvais.

Voir l’animal est vraiment amusant. Il est pataud, et ne pense qu’à manger du bambou et dormir. Il digère seulement une toute petite partie de ce qu’il mange, c’est pourquoi il doit manger énormément pour compenser.

P1090428

P1090375

P1090336

P1090319

P1090275

Le centre s’occupe également de pandas roux, une autre espèce en voie de disparition. C’est l’icône de firefox, qui n’est donc pas un renard, contrairement à ce que tout le monde pense.

P1090490

Une des autres sorties sympa à Chengdu, c’est d’aller voir le Bouddah géant de la ville de Leshan, pas très loin. Du haut de ses 80 mètres, il est colossal. Les petites tâches, sur le côté, c’est des gens.

P1090185

P1090215

P1090193

Après Chengdu, notre destination suivante est Guangzhou. On l’appelle parfois Canton, c’est la capitale de la région du Guangdong, au sud du pays, à proximité de la mer. Une ville réputée pour son histoire commerciale et son ouverture à l’international.

C’est par ici que vers 1840, des guerres de l’opium ont démarré. Les anglais, qui en avaient marre d’accords commerciaux à l’avantage des chinois, ont ramené de plus en plus d’opium dans le pays, pour les vendre et rendre accro la population chinoise. Le gouvernement s’est rendu compte de ce qui se passait auprès de la population, et a détruit un jour une immense cargaison. Les anglais sont monté sur leurs grands chevaux, criant qu’une telle ingérance était contraire aux principes du libre échange internationnal. Une guerre a suivi, et les anglais s’en sont notamment sortis avec un bout de chine, Hong Kong. Pour les chinois, ce signe de faiblesse a été le début de la fin de la période Qing. Voir Wikipedia, pour plus de détails et de rigueur.

A ce moment là, c’était la « busy week »: une semaine de congé pour tout le pays. Et quand le pays compte 20 fois la population de la France, qu’il a 440 millions d’habitants supplémentaires depuis 1979, qu’il est devenu riche depuis peu et que tout le monde veut aller rendre visite à sa famille ou simplement faire du tourisme, ça fait un sacré bazar difficilement concevable. Il y a du monde vraiment partout, il sans intérêt d’aller dans les lieux touristiques (sauf si on veut voir ce qu’est une marée humaine), les transports publics sont bondés…

Voici par exemple un bout d’une place pendant la busy week. On pourrait faire des parties d’Où est Charlie très sympa !

P1080969

Suite à notre premier train de 28h, on pensait en avoir terminé avec les trains longue durée inconfortables. Finalement, les hasard de la busy week et divers changements de plan ont fait que nous avons repris un train de 28 heures, assis, de Chengdu jusqu’à Guangzhou. Plus jamais.

En descendant du train, c’est la différence de température avec les autres villes qui nous surprend. Il fait super chaud ! D’oulan bator à Beijing, on quittait déjà le froid de la mongolie pour un meilleur climat, mais de Chengdu à Gangzhou nous sommes également passés dans un climat plutôt tropical. Il fait chaud et humide, avec une température difficile à supporter. En conséquence, la climatisation est partout.

On est restés quelque jours à se balader dans la ville. Notre hôte, Benson, a été génial. Il habite dans un super appart’, et rester chez lui est plus confortable que n’importe quel hôtel. Il a pris du temps pour nous faire visiter des endroits où on ne serait pas allé autrement. On est allé dans un restau étrange où l’on mange des insectes, puis un autre jour à un resto de dimsum, des sortes de tapas avec des plats chinois (un article sur la nourriture est en cours de rédaction). Il nous décrit l’endroit comme bien connu des cantonnais, et le restaurant est à la mesure du pays : démesuré. 5 étages, chaque étage fait 400 couverts (donc dans les 2000 assiettes simultanément !). Dehors, il y a de la queue pour s’asseoir. Et pourtant, on s’assoit bien dans un restaurant sympa, où la nourriture n’a rien à voir avec celle des cantines que nous n’avons pas manqué d’arpenter le reste du temps.

On a trouvé ça fou, et après on est allé à Hong Kong…

2 thoughts on “Chengdu et Canton

  1. Ça devait être durant la busy week alors, une vidéo a circulé sur internet, on voyait des embouteillages gigantesques sur une autoroute ! Au péage il y avait 42 voies! C était impressionnant!

    • C’est ça… être en Chine pendant la busy week n’est pas une bonne idée, mais on ne savait pas que ça tombait quand on y serait 🙁

Comments are closed.